PÈLERINAGE DIOCÉSAIN EN BASQUE- EUSKARAZKO BEILA

Le Vendredi 14 Juillet 2006 au Château de JAVIER, en Navarre, présidé par Mgr Pierre MOLERES.

PROGRAMME
10h: Arrivée des bus.
10h30: Messe à l’Auditorium (environ i 200 places)
12h30: Repas dans l’un des deux restaurants. Menu à 16 E tout compris (à régler sur place) ou pique-nique (recommandé).
Possibilité de visiter le Château et son exposition (environ 45 minutes) Prix Groupe:1,5 E
15h: Vêpres.

BEILA EDERRA XABIERREN

Uztailaren 14ean, Ipar Euskal Herriko euskaldun giristinoak beilaz ziren Xabierren, Frantses Xabierrekoaren sortzearen 500. urtemugakari. Batzuk autobusetan joanak (11 autobus), bertzeak beren autoetan, gutienez 800 beilarik nahi izan dute euskal saindu handia ohoratu, haren sorleku xoragarrian. Aroa ere xoragarria zen, buruan buru eguzkitsu. Xabierreko gaztelua eta inguruak azken denbora horietan berrituak izan dira, beilarien eta bisitarien atseginerako. Hala nola Auditorium nasai bat eraiki den gazteluaren pekaldean.

Barne hortan da euskal meza ezinago ederra eman goizean, Pierre Moleres Baionako apezpikua eta hemen gaindi bisitaz zagon Madagascar-eko Désiré apezpikua buru, inguruan zituztela hogoita hamar apez, tartean Donostiako Patxi eta Felix bikari jeneralak eta ere hiru apez atzerritar, Hanoi, Burkina Faso eta Kongokoak. Dominique Cornu Baionako bikari jeneralaren sar-hitzetik landa, altxatu dira kantuak, eta zein ozenki, Jean Marie Eyharts mugertarrak gidaturik, organoan zagola Tomas Osptital aihertar gaztea, musikari talendutsua. Elizkizunean zehar entzun dira ere kantari bakarlari batzu, Jeannot Larrieu, Peio Ospital, Xalbat Berterretche. Moleres jaun apezpikuak, predikuan, gomendatu du Xabierreko Frantses eredutzat har dezaten gaur egungo giristinoek.
Mezatik landa, bazkariko tenorea, batzu ostatuetan, bertzeak han hemenka beren piknikarekin, zenbaitzuk gaztelua bisitatu ahal izan dutela bai-eta ere Auditoriumaren ondoan zabalik zagon erakustokia.
Aratsaldeko bezperetan, Pierre Andiazabal kalonjea buru, jende guzia zoin gogotik arizan den kantuz, goizean bezala paretak inarrosteraino, aldi hortan Alexandre Aguerre Lapurdi Irratikoa zagola organo-joile. “San Frantsesi, bost mende du” kantua bereziki (hitzak: Emile Larre, doinua: Jeannot Larrieu) eta salmoak apuñatik eman dira. Xabierreko Frantsesez bertzalde, Loiolako Iñazio (haren hiltzearen 450. urtemuga) eta Donibane Garaziko Joanes Mayorga dohatsua ere ohoratuak izan dira, Mikel Erramouspe eta Xalbat Berterretchek kantatzen zutela hain xuxen Pier Paul Berzaitzek hain hunkigarriki moldatua duen Iñazio sainduaren otoitza.
Ondotik, beila egun eder bat iraganik Xabierren, beilari guziak itzuli dira zein beren xokoetara. Haratekoan bezala, gibeleratekoan ere bazen giro autobusetan. Garazi aldekoek bereziki bihotz-bihotzez preziatu dituzte lekukotasun batzu, Beñat Aldacourrou jatsuarrarena Jatsuko Frantsesetaz, eta Paul Bidegain azkarratarrarena, maiatz hortan Indiako Goarat egin beila-bidai xoragarriaz. 2007ko uztailaren 14ean, Paul Sarcou beila-arduradunak jakinarazi duenaz, Arantzazurat eginen da Baionako diosesako euskaldunen beila.

Herria - Peio Jaurajurria

Le vendredi 14 juillet, c’est jour de fête nationale chez nous en France, me direz-vous !

Pour une partie du Diocèse de Bayonne, nous avons vécu une journée que nous ne sommes pas prêts d’oublier !
Cette année 2006 marque le 5e centenaire de la naissance de Saint François Xavier, l’un de nous trois grands saints que nous vénérons et que nous aimons : deux d’entre eux sont jésuites et fondateurs de la Compagnie de Jésus (S.J.). Iñaki de Loyola en Guipuzkoa et François de Javier en Navarre, et le troisième Michel Garicoïts, le bas-navarrais originaire du petit village de l’Ostibarre : Saint Just Ibarre au pied du col d’Osquich.

Pour célébrer solennellement ce 5e centenaire de la naissance de François, au château de Javier, proche de l’Abbaye bénédictine de Leyre, qui surplombe le lac « Embalse de Yesa », le diocèse de Bayonne organisait une journée de pèlerinage en langue basque exclusivement. Le 16 août un second pèlerinage en langue française aura lieu au même endroit.

Comment ai-je vécu cette journée pour ma part ?

Départ de chez nous à 7h30 pour les pèlerins de l’intérieur du Pays Basque essentiellement la Basse Navarre. Les grands parents de François ont vécu chez nous, au petit village de Jaxu à 4 km de Saint-Jean-Pied-de-Port, lieu également de pèlerinage où toutes les chorales du Pays basque se sont rassemblées cette année le 1er dimanche après Pâques.
Permettez-moi de citer le début seulement d’un très beau chant tout nouveau en l’honneur de François, interprété à 4 voix par les chorales :

Refrain :

San Frantsesi, bost mende du / egin zion hel Jainkoak /Xabieren sortu bazen / Jatsun ziren arbasoak / Bihotzeko esker onak zor baititu Nafarroak/
1er couplet : Aitaz Garaztar, Amaz Baztandar / Herriko zen Frantses bainan / bazoan munduan zehar / Kristoren maintien bidez/

Refrain :

Voilà ça fait cinq siècles que Dieu appela Saint François/ S’il naquit à Xavier, ses ancêtres étaient de Jaxu / La Navarre lui doit de bien chauds remerciements.
Couplet : De père Garaztar, Baztandar de Mère / François était originaire du Pays basque / mais il allait de par le monde par amour pour Jésus le Christ.

(Paroles de l’abbé Emile LARRE, musique J. Larrieu, Traduction Peio Ospital).

Les 6 couplets racontent en résumé la vie et la mission apostolique de Saint François Xavier en Inde, au Japon et sa mort sur l’île de Sanchoan, le regard tourné vers la Chine où il aurait tant aimé porter l’Évangile.

***

3 autobus pleins : l’un au départ de Saint Palais, le second de Baigorry et le 3e sur la place du marché de Saint Jean Pied de Port, ont pris la route vers Arnéguy, Ronceveaux par le col d’Ibañeta et Pampelune (Iruñea). Nous étions rendus à Javier vite après 10 heures. Les autres cars nous ont rejoints. Nous découvrons le splendide auditorium de 1200 places qui a été bâti en vue de 500e anniversaire. C’est merveilleux : visibilité, acoustique…
Voilà une belle découverte pour accueillir les grands rassemblements.

Après une répétition des chorales basques, à nouveau réunies comme à Jaxu le 23 avril dernier, après un incident de parcours pour un groupe aux alentours de Pampelune, le défilé quitte la sacristie, une trentaine de prêtres bayonnais auxquels se sont joints les prêtres africains et malgaches, et les deux vicaires généraux du Diocèse voisin et frère de San Sebastian, Patxi et Felix. Mgr Molères présidait avec à ses côtés un tout jeune évêque d’un nouveau diocèse de Madagascar, Mgr Désiré.
Nous aurons l’occasion de lire l’homélie en basque dans le bulletin diocésain ou par le SDIC, Diocèse de Bayonne « Service diocésain d’information et de communication » sur le www.diocese-bayonne.com rubrique reportages.
L’orgue de l’auditorium était tenu par un tout jeune organiste de 14 ans qui avait déjà accompagné les chorales du Pays basque à Jaxu : Thomas Ospital d’Ayherre.

Tandis que le millier de pèlerins quittait l’auditorium, la foule avec les chorale a repris ce beau chant missionnaire :
Refrain :

Zoaste, zoaste munduan barna / Heda Berri Ona ! / Alléluia ! Gora Jauna ! (bis)
Allez, allez par le monde entier, allez répandre la Bonne Nouvelle de Jésus Christ Alleluia ! Louez le Seigneur !

A « midi », comme en Pays basque Sud, comme en Espagne, il est pas loin de 13h45… Deux hôtels restaurants nous ont accueillis : El Restaurante Xavier pour le 1er et un peu plus loin le Restaurante Mézon. Plusieurs ont préféré le pique-nique sous les ombrages.
Compte tenu du temps dont on pouvait disposer, il était prévu la visite du château natal de François Xavier qui a été restauré ainsi que le la petite basilique qui se trouve dans le prolongement du château (Xabiereko Gaztelua).

A 15h30 tout le monde s’est à nouveau rassemblé dans l’auditorium pour le chant des Vêpres. Les Psaumes en basque étaient introduits par le Chanoine Andiazabal, à l’orgue Alexandre Aguerre de Radio Lapurdi. Toute l’assistance a pris part « bihotzaren erditik, ontso gogotik » à tous ces chants.

Et puis c’est l’heure du retour. Chaque groupe rejoint son car sur l’immense parking qui a été aménagé dans les alentours, et à 19h30 nous étions de retour, pour ma part avec le bus qui nous a déposés (nous étions une quarantaine regroupés à Donazaharre Saint Jean le Vieux), avant de continuer vers Larceveau et Saint-Palais.

Un très beau pèlerinage qui marquera bien des participants, aussi fervents que ces pèlerinages que le Pays basque a l’occasion de réaliser chaque année le 14 juillet comme au sanctuaire de Notre Dame d’Arantzazu en Navarre, près de Mondragon et au-dessus d’Oñati, accueillis par les Pères Franciscains.

Iban Errobi

Messe-meza

San Fantses Xabierekoaren gaurkotasuna
Diosesako beila Xabierrerat 2006ko uztailalaren 14an

Iz. 60, 1-6; 95. Sal. Mark 16, 15-20

“ Zoazte mundu guzian gaindi eta predika Berri Ona kreazione guziari. Apostoluak alde guzietarat joan ziren Berri Onaren predikatzera. Jauna heiekin ari zen, eta Hitza finkatzen zuen egiten zituzten ezaugarrien bidez.”

Berri on horrek nola alda ditzazke bihotzak, egoerak, elkarteak, kulturak ? Izaik aipatzen zuen Jerusaleme berriak nola argi egin dezake gure bizien ilunbean ? Zer da Elizak ekar dezaken berrikuntza ? Eta gaur bereziki, ikus dezagun nola eta zertan berritzaile izan zen san Frantses Xabierekoa .

Ez da dudarik pondu ainitzetan, Frantses Xabierekoa, Jasu eta Azpilkuetatarren ondokoa, Erdi-aroko zaldun baten gisa ibili dela, familiako hezieragatik, bere baloreen gatik, bere odol-kolpeengatik
Bainan emeki emeki Izpiritu Sainduak eta Kristorekin dituen harremanek aldaraziko dute.
Haren bizian lau berrikuntza nahi nituzke azpimarratu, gaukortzen dutenak.

1) Oinarrizko lehen berrikuntza hau da : Jesu Kristoren baitan ezagutua den Jainkoaren aurkikuntza xoragarria. “ Zertarako du gizonak mundu guziaren irabaztea, bere bizia galtzen badu?” galdegiten zion ardura Parisen bere lagun Inazio Loiolakoak. Emeki emeki, Gogo jardunen bidez, lau astetako metodo izpiritualaren bidez, , hunek erakarri zuen , bere burua osoki Jainkoaren gomendio eta haren zerbitzuko emaitera.

“ Jesu Kristo ezagutzen ez duenak, zer dakike ?” izkiriatuko diote geroago Frantsesek bere jesuita laguneri.

Frantsesentzat, Kristo Salbatzaile laidoztatua da, indar guziez zerbitzatu nahi duena, haren goresteko eta munduari ezagutarazteko.; egun guziez otoitz egiten dio , haren presentzia eta haren Izpirituaren eragina bere baitan senditzen dituela. Haren idurira izan nahi du.

Eta guretzat , nor da Kristo ? Zer leku emaiten diogu gure bihotzean, gure bizian, gure lan programan ? Eta ere gure otoitzean ?

2) Bigarren berrikuntza, begibistakoa, san Frantsesen bizian, haren misionest atrebentzia.

Pio hamabigarrenak erran du “ maitasun su handi bat izan dela, Ekialde urruneko herrietan betirako distiratzen duena.”
Ikus dezagun Kristoren konkistatzaile hori Mendebal aldea eta Azia lotzera ,eta bi lurralde edo kontinenten arteko harremanen sortzera lehiatzen Kristorentzat : Lisboatik Goarat Indietan ; gero Indiatik Moluques Ugarteetarat Indonesian ; gero Japonian misionest, eta gero Xinarako bidea, hango ateetan hilen baita mila bost ehun eta berrogei ta hamabiko abendoaren hiruan, berrogeita sei urtetan; deusek ez du geldiarazten : ez ekaitz, ez lanjer, ez traba, ez saldukeriak.
“ Ez dut nehoren beldurrik, salbu Jainkoarena” dio letra batean. Jaunarentzat ibilki da, eta harekin ; Harentzat egiten ditu ehun mila kilometro itsasoz, zaldiz, oinez. “ Beti bidean izan behar da, dio beste letra batean ; bizi huntan beti beilari izan behar dugu, Jainko gure Jaunaren zerbitzari izan gaitezken nonahirat joaiteko prest”

Eta gu , Eta gure kristau elkarteak? Ez ote gira sobera “ bakotxa gure alde” ? Gure Eliza aski misionest ote da ? Aski gogoan ote dugu gaurko egunean misionearen bideetan berriz abiatzera deituak girela, Euskal Herrian berean, gure familietan beretan ?

3) Apostolu bizitze hortan, beste berrikuntza bat, beti oraikoa dena : Xabierek lekuan lekuko mintzairetan Ebanjelioaren predikatzeko zuen nahia . Ez ditu, ez, biziki barnatu kausitzen zituen kulturen aberastasunak ; bainan heien ohidura batzu segitu ditu beldurrik gabe; edozein gisaz, egin ahalak egin ditu bere misionest laneko behar zituen mintzaira horien oinarrien ikasteko ; hortan Mendekosteko izpiritua dauka : orotarat hedatua den izpiritua; berehala interpretari eta itzultzaileak xekatzen ditu; Elizaren landatzeko, tokiko laiko ainitzen laguntza eskatzen du; heiekin kristau elkarteak, kristau sareak muntatzen ditu; eta mugatuak direla dakielakotz, beti heien moldatzen ari da, eta urrundik ere , letraz heien sustatzen.

Eta guk ? ba ote dugu beti ikasteko gutizia hori, eta gure Fedearen transmititzekoa, gurea den mundu huntan, bere ohidura berriekin eta bere galdera berriekin ? Euskeraren ikastea eta mintzatzea garrantzizko lana da, eta mesedegarria ; bainan kultura berriaren ebanjelizatzea da giristinoen oinarrizko eginbidea : Elizak bide horri jarraiki behar du.

4) Aipa dezagun orai Frantses Xabierekoaren beste ezaugarri berezi bat, guretzat ere baliosa dena : nola emeki emeki eta gero ta gehiago berexten duen misionearen alorra eta politikarena. “Mundu huntakoa goiko mundukoaren meneko egon bedi”, izkiriatzen zioten bere jesuita lankideeri. Erdi Aroko garai batean bizi zen, erregeek Elizaren zeretan parte hartzen baitzuten, bai eta Eliz-gizonak ere errexki politikan sartzen baitziren. Frantses Xabierekoa ere hola hasi zen; bainan urrunago joan Ebanjelioaren predikatzera, eta gutiago egon zitaken Portugaleko erregeari eta haren soldadoeri. Eta are gehiago Jaunari zagon, bere laguntza bakarra Jauna zuen.
Eta gu ? Giristino gisa, herriko aferetan parte hartu behar dugu, eta giza ekintzaren alor publikoetan Ebanjelioaren arabera bizi ; bainan ez dugu behinere Eliza preso ezarri behar alderdi batean, edo erakunde batean, edo gizartearen konprenitzeko molde batean.Gure eginkizuna da Jaunaren presentzia mundu huntan agertzea, bai eta ekartzen daukun salbamendua, eta jendea, taldea eta gizartea xahutzen duten idolatria molde guzieri kontra egitea.

Hitz batez, nahiz Frantses Xabierekoa hamaseigarren mendekoa den bere pentsatzeko eta ibiltzeko molde batzuetan, berritzaile ere da : bere Jaunaren amodioari esker, bere misionest ausartziari esker, jendeen kulturari eta biziari egokitzeari esker, mundu huntako buruzagien aldera duen libertateari esker, beti oraiko agertzen zaiku.

Eta guk zer atxikiko dugu gogoan hartaz ? Bi gauza bederen :

–Jaunaren baitan zuen fidantzia baldintzarik gabekoa, bai ezinbertzetan, tentaldietan eta ekaitzetan.
– eta gero, beti Kristoren lekuko izaiteko zuen nahia.

Huna zer erraiten zuen: “ nehor ez da ahul, Jainkoaren grazia ongi baliatzen badu.” Eta ere :“ Jainkoarekin osoki bat baldinbagira, gauza handiak egin ditzazkegu.”
Gauza handien egiteko gai : bai, Jainkoaren maitatzeko gai, urrunean eta hurbiletik maitarazteko gai, bere biziaren Jaunari eskaintzeko gai, berrogeita sei urtetan, bakean, denetarik urrun, ugarte trixte batean, Xinatik hurbil, dudarik gabe euskeraz erraiten zituelarik Gure Aitaren eta Agur Mariaren hitz kontsolagarriak.

Haurride maiteak, haren etsenpluak bidean ezar gaitzala.

Bai, xuxen zen pilotariek patroin gisa har zezaten Frantses Xabierekoa, nafartar euskalduna.
Plaza frangotan jakin zuen beti punpa egiten, pilotak bezala, Jainkoaren graziari esker.

Eukariztia hau izan bedi guretzat pizteko indar!
Igor gaitzala gure bideetan gaindi, misionearen garai berrien prestatzera, egungo Euskal Herrian !


L’actualité de Saint François-Xavier
Pèlerinage diocésain à Javier le 14 juillet 2006

Is 60, 1-6 ; Ps 95, 1 ; Mc 16, 15-20

« Allez dans le monde entier ; proclamez la Bonne Nouvelle à toute la création. Les Apôtres s’en allèrent la proclamer partout. Le Seigneur travaillait avec eux et confirmait la Parole par les signes qui l’accompagnaient. »
Comment cette Bonne Nouvelle peut-elle transformer les cœurs, les situations, les sociétés, les cultures ? Comment la nouvelle Jérusalem dont parlait déjà Isaïe peut-elle rayonner dans l’opacité de nos vies ? Quelle est la nouveauté dont l’Église peut être porteuse ? et particulièrement aujourd’hui, demandons-nous en quoi Saint François-Xavier a-t-il été novateur ?
Il est sûr que sur bien des points, François-Xavier de Jassu de Azpilcueta se comporte en chevalier du Moyen-âge, par son éducation familiale, ses valeurs, ses réactions. Mais progressivement l’Esprit-Saint et son compagnonnage avec le Christ se chargent de le transformer. Je voudrais dégager dans sa vie quatre nouveautés qui nous le rendent actuel.


1) Ainsi la première nouveauté fondamentale c’est sa redécouverte bouleversante de Dieu connu en Jésus-Christ. « Que sert à l’homme de gagner l’univers s’il vient à perdre son âme ? » lui demandait souvent à Paris son ami Ignace de Loyola. Peu à peu, par les Exercices spirituels, méthode spirituelle de quatre semaines, celui-ci l’a entraîné à se rendre entièrement disponible à Dieu et à se mettre à son service.
« Celui qui ne connaît pas Jésus-Christ, que peut-il savoir ? » écrivait plus tard François-Xavier à ses amis jésuites.
Pour lui, le Christ est le Sauveur outragé qu’il veut servir à fond chaque jour pour le glorifier et le faire connaître à l’univers. Chaque jour, il le prie et expérimente sa présence et l’influence de son Esprit. Il met toute sa confiance en Lui. Il désire se conformer à lui .
Et pour nous, qui est le Christ ? quelle place lui donnons-nous dans notre cœur, notre vie, notre emploi du temps ? et même dans notre prière ?


2) La deuxième nouveauté, évidente, de la vie de François-Xavier est sa hardiesse missionnaire.
Pie XII parlait de lui comme « une grande flamme d’amour brillant à jamais sur les rives de l’Extrême-Orient ».
Regardons ce conquistador du Christ s’efforçant de relier l’Occident à l’Asie et d’amorcer le dialogue entre les deux continents pour le Christ : de Lisbonne à Goa en Inde ; puis de l’Inde aux îles Moluques en Indonésie ; puis missionnaire au Japon, ensuite cinglant vers la Chine devant laquelle il meurt seul le 3 décembre 1552 à 46 ans ; rien le l’arrête ; aucune tempête, aucun danger, aucun obstacle, aucune trahison ; « Je ne crains personne, sinon Dieu » écrit-il ; il est en état de marche pour le Seigneur, et avec lui ; pour lui, il couvre 100 000 Kms par mer, à cheval, à pieds. « Il faut toujours être en chemin, écrit-il encore ; nous devons être en cette vie des pèlerins prêts à nous rendre partout où nous pouvons servir Dieu notre Seigneur »
Qu’en est-il de nous ? de nos communautés chrétiennes ? Ne sommes-nous pas trop « chacun chez soi » ? Notre Église est-elle assez missionnaire ? Pensons-nous suffisamment que nous sommes aujourd’hui tenus à repartir sur les chemins de la mission, y compris au Pays Basque et dans nos propres familles ?

3) Une autre nouveauté toujours actuelle de cette vie d’apôtre toujours actuelle, c’est son désir d’annoncer l’Evangile dans les langues locales. Il n’a certes pas beaucoup approfondi les valeurs des civilisations qu’il découvrait ; mais il n’a pas hésité à s’adapter à certains de leurs usages ; en tout cas il s’est efforcé d’apprendre les rudiments des langues locales utiles à son ministère ; en cela c’est un homme de Pentecôte : il en a le souci universel ; tout de suite il a le souci de s’entourer d’interprètes et de traducteurs ; pour planter l’Église, il s’entoure de nombreux laïcs locaux ; avec eux il organise la communauté chrétienne ; et suscite des réseaux chrétiens ; s’il connaît leurs limites, il ne cesse de les former et même de loin, par écrit, de les soutenir.
Et nous ? avons-nous ce désir de nous former et de transmettre notre Foi dans ce monde qui est le nôtre, avec ses mœurs nouvelles et ses questions nouvelles ? apprendre la langue basque et la parler est une tâche importante et bénéfique ; mais évangéliser la culture nouvelle est notre mission fondamentale de chrétiens : pour l’Église c’est le cap à tenir.

4) Dégageons maintenant une autre caractéristique de François-Xavier très utile pour nous, c’est la distinction qu’il fait progressivement entre les affaires de la mission et les affaires politiques : « Que le temporel soit ordonné au spirituel ! » écrivait-il à ses collaborateurs jésuites. Il vivait à une époque médiévale où les princes intervenaient dans les affaires d’Église ; et où les gens d’Église se mêlaient facilement des affaires politiques. François-Xavier commença ainsi ; mais plus il allait loin annoncer l’Evangile, moins il pouvait compter sur le roi du Portugal, et ses soldats ; plus il se tournait vers le Seigneur comme son seul appui.
Et nous ? Comme chrétiens, nous avons à être présents dans la cité, à nous y engager, à vivre l’Evangile dans les domaines publics de l’activité humaine ; mais nous ne pouvons jamais enfermer l’Église dans tel parti, telle organisation, telle analyse de la société. Notre mission est de révéler la présence du Seigneur dans le monde, le salut qu’il y porte, et contester toutes les formes d’idolâtrie qui abîment une personne, un groupe, une société.

* * *

En résumé, si François-Xavier appartient au XVIème siècle par plusieurs de ses façons de réagir, de penser et d’agir, il reste novateur : son amour du Seigneur, sa hardiesse missionnaire, son adaptation à la culture et à la vie des gens, sa liberté vis-à-vis des détenteurs du pouvoir temporel, nous le rendent toujours actuel.
Et nous aujourd’hui que retenir de lui ? Deux choses au moins :
– sa confiance inconditionnelle au Seigneur, en temps d’épreuves, de tentations et de tempêtes ;
– et ensuite son désir permanent de témoigner du Christ
« Personne n’est faible, disait-il, s’il fait bon usage de la grâce de Dieu ! » et « Dès qu’on adhère entièrement à Dieu, on est capable de grandes choses ! »
Capable de grandes choses ; Oui, capable d’aimer le Seigneur, de le faire aimer au loin, et de près ; capable même de lui offrir sa vie à 46 ans dans la paix, loin de tous, dans ilot désolé, face à la Chine en récitant sans doute en basque, les mots consolants du « Gure Aita » et de l’Agur Maria ».
Frères et Sœurs, que son exemple nous mette en marche !
Comme il est normal que les pelotaris aient choisi François-Xavier comme patron, lui, le basco-navarrais !
Face à bien des frontons, il sut toujours rebondir, comme une pelote basque, par la grâce de Dieu ;
Que son Eucharistie soir pour nous force de résurrection !
Qu’elle nous lance sur nos de routes pour préparer les temps nouveaux de la mission dans le Pays Basque d’aujourd’hui.

+ Pierre MOLÈRES, Evêque de Bayonne

Vêpres-besperak


MEZA : FEDEDUNEN OTOITZA 2006/07/14 XABIER

Gure deiak entzun, otoi, Jauna ! (Y.3)

1
Frantses, hemen zintuen ideki begiak
Munduan zabaltzeko zeruko argiak
Egun hemen dauzkatzu euskal beilariak
Zure lagunen argi bila etorriak.

Gure deiak entzun, otoi, Jauna !

2
Utzirik Nafarroa, utzirik etxea
Nigargarri zinaukan arimen galtzea
Hautatu duzu oro Kristoganatzea
Emaguzu Erreinu beraren gosea.

Gure deiak entzun, otoi, Jauna !

3
Ogi landaz horitu zaigu Nafarroa
Sarri jinen ere da mahatsen aroa
Aldiz dohakabea etsimenduz joa
Urrikal dadiela ase den auzoa.

Gure deiak entzun, otoi, Jauna !

4
Iñaziok Frantsesi hau zion atera
Zertako erabili hoinbertze afera
Huna gaur ere egin behar den galdera
Zeruko ontasunen parerik ote da ?

Gure deiak entzun, otoi, Jauna !

E.L.