Quelles journées de folie la maison diocésaine de Bayonne n’a t elle pas vécues en ce premier week-end de mars en accueillant les aumôneries de la région! 70 étudiants et aumôniers bordelais, toulousains, perpignanais, carcassonnais, palois, tarbais et bayonnais, sans oublier notre présidente de la Mission Etudiante, se sont réunis dans la joie pour " méditer " autour de leur " co-responsabilité en aumônerie ". Tel était le thème choisi par la région et animé par l’équipe bordelaise.

Moment de rencontre, de réflexion et d’échange, véhiculé par la parole de Dieu, qui a donné à chacun de prendre conscience de sa responsabilité à la fois personnelle mais aussi au sein de Notre Communauté Chrétienne. Comprendre, s’investir et entrevoir ce à quoi Notre Père du Ciel nous invite faire pour le servir.

Plusieurs temps forts ont ponctué ce week end :


> Le samedi après-midi était consacré à l’activation de matière grise autour du thème central, après quoi le repas copieux et la promenade digestive de " Biarritz by night " ont permis décompression et détente pour tout le monde. Chants et musique s’entrecroisaient durant toute la journée, faisant plané cet Esprit de joie et de paix bien connu de chacun. Nous remercions vivement notre cher évêque, Monseigneur Molères, d’avoir partagé, le temps d’un repas, ce bon moment de convivialité.

> Le dimanche, quant à lui, était un dimanche pas tout à fait comme les autres. Saint Amand a vu ses mûrs trembler sous le tonnerre de la batterie de Sœur Marie-Christine. Rassurez vous, rien d’assourdissant, simplement une messe animée musicalement par l’aumônerie de Bayonne (sans oublier Edith à la flûte, notre délégué régionale) et présidée par 5 aumôniers prêtres de la région. Ma grande satisfaction était de ressentir cette joie collective entre les jeunes et les moins jeunes ! Cette expérience donne chaud au cœur et l’espoir d’arriver à une réelle communion de Notre Eglise.

Tout justement, en parlant de " ressenti personnel ", la meilleur façon d’exprimer nos sentiments sur le déroulement de ce week-end n’est elle pas d’interroger les étudiants et aumôniers présents ces jours là ?

Je remercie Dieu pour sa Grâce et je laisse place aux impressions de chacun sur ces deux jours. Merci à la maison diocésaine et à toutes les personnes qui étaient présentes et qui ont contribué au bon déroulement de ce merveilleux rendez vous à Bayonne.

Clément Tisseuil,
Etudiant et correspondant local à l’aumônerie de Bayonne

Claire présidente nationale : Toutes les aumôneries se réunissent sous l’impulsion du conseil régional et l’ on essaie de faire en sorte que toutes les aumôneries soient représentées.
J’étais très contente d’être là, de voir comment vous vivez, de voir les questions que nous nous posons au niveau national et que vous reprenez au niveau local.
Le fait de se rencontrer est une très bonne expérience de communication, les délégués régionaux font le lien entre chaque aumônerie. L’aumônerie c’est le lieu où l’on trouve " un max " de jeunes engagés. On dit souvent que les jeunes ne sont pas enthousiastes, (" génération gâchée ") mais franchement, le mission étudiante démontre le contraire. C’est aussi un lieu où l’on se sent à l’aise pour exprimer sa foi.

Jérôme Bordeaux : je suis venu pour rencontrer des gens, participer et échanger ce que l’on fait entre différentes aumôneries

Talita (Bordeaux) : Ce qui a été dit était centré sur les étudiants et leurs besoins. On regarde comment il est possible de faire une place à tout le monde en aumônerie.
Damien (Toulouse) : J’ai trouvé qu’il s’agissait d’un bilan de ce qu’il se passe dans les aumôneries. C’est représentatif de ce que l’on vit et de ce que l’on peut améliorer. Jean-Marie (BAYONNE ! ! ! !) Bon !!! je suis ravi du week-end et en particulier de la messe à St Amand ce matin : les gens étaient très content de voir ces jeunes qui chantaient, qui exprimaient leur foi…
Olivier aumônier Toulouse (valade) : Moment pour rencontrer les autres et parler des expériences vécues. C’est un thème très important, d’autant plus qu’il est d’actualité. C’est très bien que les étudiants commencent à s’investir dans l’Eglise afin de la faire fonctionner. A force de fréquenter les week-end régionaux, on finit par bien se connaître. On a le sentiment d’appartenir à quelque chose de beaucoup plus large qu’une simple " aumônerie de ville ".
Léandre (Tarbes): Le week-end était très intéressant, surtout avec un sujet comme la coresponsabilité qui est un thème touchant directement les jeunes au sein de leur aumônerie. Et pas seulement au sein des aumôneries, mais dans tous nos cadres de vie, dans toutes les communautés où nous vivons quotidiennement (à l’Université, en famille, …). Ce qui m’a le plus intéressé, c’était la diversité dans l’organisation des différentes aumôneries. Etant dans une petite aumônerie, cela m’a permis de comprendre les réalités que vivent les autres, et vis-à-vis de ça, je sais comment accueillir les nouveaux arrivants quand il s’agira d’agrandir le groupe. Sur le plan du recueillement, la messe était très chaleureuse et m’a permis de prier. J’ai été très surpris de l’accueil des jeunes, de l’animation à Bayonne. Vous avez une très belle aumônerie. On aimerait qu’il puisse y avoir, même sans ces week-end, des rencontres inter aumôneries. Céline (déléguée régionale adjointe) : Vous avez assuré un " max " !!! Apparemment vous êtes des néophytes des week-end régionaux ! j’ai participé à pas mal de ce ces week-end, et c’est l’un des meilleurs !!!
Guillaume (Bordeaux): Il est apparu que, d’une manière générale dans la région Sud-Ouest, les aumôneries sont différentes du point de vue de leur structure. La coresponsabilité se vit donc différemment au niveau de la gestion et de l’investissement personnel des étudiants. Les aumôniers sont nécessaires (laïques ou religieux) à la vie de l’aumônerie puisqu’ils sont une référence pour nous ainsi qu’un accompagnement tout au long de l’année. La coresponsabilité se vit avec eux comme elle devrait se vivre en tant que citoyen. Nous avons tous notre place, que nous soyons élus, délégués ou appelés en tant que baptisés dans l’Eglise, nous avons tous une responsabilité dans les aumôneries. On peut rajouter que le dialogue est la base de tout, que l’Eglise est un lieu de vie et que par conséquent, il y a des moments où l’on n’est pas sur la même longueur d’onde ! il faut donc en débattre et en dialoguer … c’est ce qui nous fait grandir en Eglise et dans nos aumôneries. D’où l’importance d’une structure étudiante, aussi bien au niveau local, régional et national.

Emmanuel de Pau : rencontrer des étudiants provenant d’autres filières. Catherine Pau : Je suis mère de famille et j’accueille les étudiants avec une permanence