Les sanctuaires et les lieux de pèlerinage sont nombreux en Soule.

En Basse-Soule, nous fêtons :

- Saint Blaise, à l’Hôpital-St Blaise, le premier dimanche de février.

- Saint Grégoire, à Lambarre, le mercredi, veille du jour de l’Ascencion.

- Saint Antoine, à Musculdy (col d’Osquich), le 13 juin,
le deuxième dimanche de juillet et le dimanche qui suit le 15 août.

- Saint Grat, à Lichos, au mois d’octobre, le dimanche des missions.

- Sainte Barbe, à Menditte, au quartier Galharague, le premier dimanche de décembre.

En Haute-Soule,

- Saint Joseph, à Larrau, à la chapelle Saint Joseph.

- Sainte Madeleine, à Tardets, le cinquième dimanche de Carême et le 22 juillet, jour de la fête de la sainte.

…et ailleurs, en Ostibarre, à la limite de la Soule,

-Saint Michel Garicoits, à Ibarre, le dernier mercredi du mois d’août.

et aussi Lourdes, Sarrance, Betharram… (liens)

PÈLERINAGES EN SOULE

BASSE SOULE


HOPITAL SAINT BLAISE
Le 1° dimanche de février

SAINT BLAISE

Saint Blaise fut doux en ses discours ; il eut l’habitude des vertus et il se fit petit par l’humilité de sa conduite.

Blaise excellait en douceur et en sainteté, ce qui le fit élire parles chrétiens évêque de Sébaste; ville de Cappadoce. Après avoir reçu l’épiscopat, il se retira dans une caverne où il mena. la vie érémitique, à cause de la persécution de Dioclétien . Les oiseaux lui apportaient sa nourriture, et s'attroupaient véritablement ensemble autour de lui, et ne le quittaient que quand il avait levé les mains pour les bénir. Si quelqu'un d'eux avait du mal, il venait aussitôt à lui et retournait parfaitement guéri. Le gouverneur du pays avait envoyé des soldats pour chasser ; et après s'être fatigués longtemps en vain, ils vinrent par hasard à l’antre de saint Blaise, où ils trouvèrent une grande multitude de bêtes rangées devant lui. Or, n'ayant pu prendre aucune d'elles, ils furent remplis d'étonnement et rapportèrent cela à leur maître, qui aussitôt envoya plusieurs soldats avec ordre de lui amener Blaise avec tous les chrétiens. Mais cette nuit-là même, J.-C. était apparu au saint par trois fois en lui disant : " Lève-toi et offre-moi le sacrifice. " Voici que les soldats arrivèrent et lui dirent : " Sors d'ici, le gouverner t'appelle. " Saint Blaise répondit : " Soyez les bienvenus, mes enfants ; je vois à présent que Dieu ne m’a pas oublié. " Pendant le trajet, qu'il fit avec eux, il ne cessa de prêcher, et en leur présence il opéra beaucoup de miracles. Une femme apporta aux pieds du saint son fils qui était mourant d'un os de poisson arrêté dans la gorge ; elle lui demanda avec larmes la guérison de son enfant. Saint Blaise lui imposa les mains et fit une prière pour que cet enfant, aussi bien que tous ceux qui demanderaient quoi que ce fût en son nom, obtinssent le bienfait de la santé; et sur-le-champ, il fut guéri .
Une pauvre femme n'avait qu'un seul pourceau qu'un loup lui ravit; et elle priait saint Blaise de lui faire rendre son pourceau. Il lui dit en souriant : " Femme, ne te désole pas : ton pourceau te sera rendu. " Et aussitôt le loup vint et rendit la bête à cette veuve. Or, saint Blaise ne fut pas plutôt entré dans la ville que, par ordre du prince; il fut jeté en prison. Le jour suivant, le Gouverneur le fit comparaître devant lui. En le voyant, il le salua en lui adressant ces paroles flatteuses : " Blaise, l’ami des dieux, soyez le bienvenu. " Blaise lui répondit : " Honneur et joie à vous, illustre gouverneur; mais n'appelez pas dieux ceux qui sont des démons, parce qu'ils seront livrés au feu éternel avec ceux qui les honorent. " Le gouverneur irrité le fit meurtrir à coups de bâton, puis rejeter en prison. Blaise lui dit: " Insensé, tu espères donc par tes supplices enlever de mon coeur l’amour de mon Dieu qui me fortifie lui-même ? " Or, la veuve à laquelle il avait fait rendre son pourceau, entendit cela ; elle tua l’animal, et en porta la tête et les pieds, avec une chandelle et du pain, à saint Blaise. Il l’en remercia, mangea, et lui dit : " Tous les ans, offre une chandelle à une église qui porte mon nom, et tu en retireras bonheur, toi, et ceux qui t'imiteront. " Ce qu'elle ne manqua pas de faire; et il en résulta en sa faveur une grande prospérité. Après quoi, le gouverneur fit tirer Blaise de sa prison ; et comme il ne le pouvait amener à honorer les dieux, il ordonna de le suspendre à un, arbre et de déchirer sa chair avec des peignes de fer; ensuite il le fit reporter en prison.
Or, sept femmes qui le suivirent dans le trajet ramassaient les gouttes de son sang. On se saisit d'elles aussitôt et on les força de sacrifier aux dieux. Elles dirent : " Si tu veux que nous adorions tes dieux, fais-les porter avec révérence à l’étang afin qu'après avoir été lavés, ils soient plus propres quand nous les (288) adorerons, " Le gouverneur devient: joyeux et fait exécuter au plus vite ce qu'elles ont demandé. Mais elles prirent les dieux et les jetèrent au milieu de l’étang, en disant : " Si ce sont des dieux, nous le verrons. " A ces mots le gouverneur devint fou de colère et se frappant lui-même, il dit à ses gardés : " Pourquoi n'avez-vous pas tenu nos dieux afin qu'ils ne fussent pas jetés au fond du lac? " Ils répondirent : " Vous vous êtes laissé mystifier par les paroles trompeuses de ces: femmes et elles les ont jetés dans l’étang. " "Le vrai Dieu n'autorise pas les tromperies, reprirent-elles ; mais s'ils étaient des dieux, ils auraient certainement prévu ce que nous leur voulions faire. " Le gouverneur irrité fit préparer du plomb fondu, des peignes de fer; de plus, il fit préparer d'un- côté sept cuirasses rougies au feu, et il fit placer d'un autre côté sept chemises de lin. Il leur dit de choisir ce qu'elles préféraient; alors une d'entre elles, qui avait deux jeunes enfants, accourut avec audace, prit les chemises et les jeta dans le foyer, ces enfants dirent à leur mère " O mère chérie, ne nous laisses pas vivre après toi; mais de même que tu nous as rassasiés de la douceur de ton lait, rassasie-nous encore de la douceur du royaume du ciel " Alors le gouverneur commanda de les suspendre et de réduire leurs chairs en lanières avec des peignes de fer. Or, leur chair avait la blancheur éclatante de la neige et au lieu, de sang il en coulait du lait. Comme elles, enduraient les supplices avec répugnance, un ange du Seigneur vint vers elles et leur communiqua une force virile en disant : " Ne craignez point : un bon ouvrier qui commence bien (289) et qui mène son œuvre à bien, mérite la bénédiction de celui qui le fait travailler; pour ce qu'il a fait, il reçoit le prix de son labeur, et il est joyeux de posséder son salaire. " Alors le gouverneur les fit détacher et jeter dans le foyer; mais Dieu permit que le feu s'éteignit et qu'elles sortissent sans avoir éprouvé aucune douleur. Le gouverneur leur dit : " Cessez donc d'employer la magie et adorez nos dieux. " Elles répondirent : " Achève ce que tu as commencé, parce que déjà nous sommes appelées au royaume céleste. " Alors il porta une sentence par laquelle elles. devaient avoir la tête tranchée. Au moment où elles allaient être décapitées, elles se mirent à genoux et adorèrent Dieu en disant : " O Dieu qui nous, avez ôtées des ténèbres et qui nous, avez amenées à cette très douce lumière, qui nous avez choisies pour vous être sacrifiées, recevez nos âmes et faites-nous parvenir à la vie éternelle. " Elles eurent donc la tête tranchée et passèrent au Seigneur.
Après cela, le gouverneur se fit présenter saint Blaise et lui dit : " Adore à l’instant nos dieux, ou ne les adore pas. " Blaise lui répondit : " Impie, je ne crains pas tes menaces ; fais ce que tu veux; je te livre mon corps tout entier. " Alors il le fit jeter dans l’étang. Mais saint Blaise fit le signe. de la croix sur l’eau qui s'endurcit immédiatement comme une terre sèche ; et il dit " Si vos dieux, sont de vrais dieux, faites-nous voir leur puissance et entrez ici. " Et soixante-cinq qui s'avancèrent furent aussitôt engloutis dans l’étang. Mais il descendit un ange du Seigneur qui dit au saint: " Sors, Blaise, et reçois la couronne que Dieu t'a préparée. " Quand il fut sorti, le gouverneur lui dit : " Tu es donc bien déterminé à ne pas adorer les dieux? " "Apprends, misérable, répondit Blaise, que je suis le serviteur de J.-C. et que je n'adore pas les démons. " Et à l’instant l’ordre fut. donné de le décapiter Quant à Blaise, il pria le Seigneur que si quelqu'un réclamait son patronage pour le mal 'de gorge, ou pour toute autre infirmité, il méritât aussitôt d'être exaucé. Et voici qu'une. voix du ciel se fit entendre à lui, qu'il serait fait comme il avait demandé. Ainsi fut décapité ce saint avec deux petits enfants, vers l’an du Seigneur 383.

Chapelle de LAMBARE à Ordiarp
Le mercredi, veille de l’Ascension

SAINT GREGOIRE

Né en Cappadoce maritime d'une famille païenne, il se révéla très tôt être d'une intelligence hors du commun. Il contemplait l'harmonie du monde créé, délaissant les liaisons dangereuses que ses amis lui proposaient. Envoyé en Palestine pour poursuivre ses études, il y rencontre Origène qui lui fait découvrir la foi chrétienne. Retiré au désert pendant quelque temps, il revient à Néocésarée comme évêque. Son œuvre pastorale convertit la région, mais durant la persécution de Dèce, il préfère se cacher pour aider les plus faibles dans la foi. Il s'endormit dans la paix du Seigneur.
Saint Grégoire est invoqué contre la grêle et aussi pour la guérison de la surdité.

MUSCULDY (col d’Osquich)
Le 13 juin
Le 2°dimanche de juillet
Le dimanche suivant le 15 août

SAINT ANTOINE

C’est en 1385 que fut fondée la chapelle Saint Antoine pour mettre fin aux querelles qui divisaient le pays en deux camps : les Luxetains et les Agramontais.
En 1384, le roi de Navarre Charles le Mauvais, décida d’édifier à Musculdy une chapelle " a nombre et reverencia del segnor Sant Antoni " pour pacifier les deux camps avec une chapellenie perpétuelle. La paix fut rompue quelques années plus tard et la guerre entre Gramont et Luxe dura jusqu’au XVIème siècle.
Actuellement, on a conservé l’usage d’aller en pèlerinage à ce haut lieu. Située à 706m d’altitude et surplombant le col d’Osquich, cette chapelle est dédiée à la paix. Sur la stèle nous pouvons lire sur le côté lisse (là où la paix est faite) " a tous les artisans de paix " et sur la face rugueuse (là où la paix reste à faire) " ici nous prions pour la paix depuis 1385 "
Né à Lisbonne à la fin du XIIème siècle, dans une famille illustre, il reçoit au baptême le prénom de Fernand. Ses parents lui donnent une éducation soignée tout en le conseillant dans ses études où il excelle.
Fidèle à un appel intérieur il devient prêtre. Il s’engage contre disciple de François d’Assise et change de prénom.
Fernand devient Antoine. Il souhaite aller au Maroc, mais tombé malade il doit revenir au Portugal. Sur le retour son bateau essuie une terrible tempête et échoue en Sicile. Il rayonnera en Italie et dans le midi de la France. Par se vaste culture, par sa manière de parler, par la modernité de son message, par sa profonde humanité, par son ouverture d’esprit, par son rejet de tout sectarisme, par son souci des laissés pour compte, il se révèle comme un homme providentiel constamment sollicité, très en avance sur son temps.
Finalement miné par la fatigue et la maladie, il se retire vers Padoue juste avant de mourir à 36 ans, le 13 juin 1231.
Très populaire de son vivant, il fut confirmé en sainteté dés 1232, devint le patron du Portugal et reçut le titre rarissime de "docteur de l’église ". Nombreuses sont les faveurs accordées par l’intermédiaire de Saint Antoine que l’on prie pour recouvrer les biens spirituels ou matériels momentanément perdus, ou comme à Musculdy, pour bénéficier de la paix tant extérieure qu’intérieure.

LICHOS
Mois d’octobre, le dimanche des missions

SAINT GRAT

Saint Grat d’oloron est particulièrement invoqué pour préserver de la grêle. Le jour de sa fête, on fait bénir des cierges qu’on allume ensuite au moment des orages.
Une respectable tradition fait naître Saint Grat dans la 2° partie du Vème siècle à Lichos dans la maison " Ganichela ".
A l’avènement d’Alaric II, fils d’Euric, Saint Grat fut promu au siège épiscopal d’Oloron.
Les archives d’Oloron parlent de lui comme " un être brillant de l’église de France, un prodige de Sainteté, profond en humilité, attaché au soin des âmes, austère en sa vie, plein de charité, homme de miséricorde et père des pauvres ".
Chaque année les pèlerins se rendent en procession à la maison natale du Saint reconstruite aujourd’hui.

MENDITTE, quartier galharague
1 dimanche de décembre

SAINTE BARBE

ou Barbara, illustre martyre de Nicomédie dont le culte fut largement répandu dès le 5ème siècle tant en Orient qu'en Occident. Son bourreau aurait été frappé par la foudre d'où l'origine de la dévotion populaire qui l'invoque contre les dangers d'une mort subite provoquée par le feu ou l'électricité.
Cette barbare (Barbara) fut introduite dans le cirque de Nicomédie sans que les spectateurs, parmi lesquels se trouvaient des chrétiens, ne connaissent son nom. Sommée une dernière fois de sacrifier l'encens à l'empereur, elle refusa. Quand les chrétiens vinrent demander son corps, ils ne purent la nommer que " une jeune femme barbare ", Barbara. Il en est d'ailleurs de même pour beaucoup d'autres martyrs : René (rené par le baptême), Christian (un chrétien), Christophe (un porte-Christ) etc..
Selon une autre légende ,comme elle était d'une grande beauté, son père l'enferme dans une tour. Elle y devient chrétienne. Pour cela, son père la décapite lui-même, mais il meurt aussitôt foudroyé.
La chapelle fut construite en 1679.dans cette chapelle le célèbre barde de barcus :Pierre Topet Etchahun (1786-1862) enseigna aux enfants de Galharrague les rudiments scolaires et le catéchisme.
Trois traditions se perpétuent :
La chapelle reste ouverte en permanence pour le refuge et la prière du passant.Pendant la guerre elle fut le refuge de nombreux juifs
Chaque année une messe aux alentours du 4 décembre y est célébrée avec les pompiers
Chaque année le curé est invité par un habitant du quartier à tour de rôle.

HAUTE SOULE

CIHIGUE
Le 24 juin

SAINT JEAN BAPTISTE

On l’appelle " le précurseur " parce qu’il précède Jésus, et le " baptiste " car li baptise dans le Jourdain. Pour avoir reproché à Hérode sa mauvaise conduite, il fut décapité à la forteresse de Machéronte (aujourd’hui Mukâer). Sa fête dit-on a été fixée au solstice d’été quand les jours commencent à diminuer en souvenir de sa parole : " il faut qu’Il croisse et que moi je diminue ".

TARDETS

Eglise de la madeleine
5°dimanche de Carême
le 22 juillet(fête de la Sainte)

SAINTE MADELEINE

Outre marie, la mère de Jésus, les évangiles nous parlent de trois autre marie : la pécheresse pardonnée, Marie de Béthanie, sœur de Marthe et de Lazare, et marie de Magdala (madeleine) qui faisait partie du groupe de femmes suivant Jésus et le servant. Guérie par Jésus de sept démons, elle le suivit avec amour jusqu’au pied de la croix et fut la première messagère de la résurrection.

LARRAU
Chapelle Saint Joseph
Au mois d’octobre

SAINT JOSEPH

"C'était un juste". selon l'évangile de saint Matthieu, chapitre 1, verset 19. Les évangélistes ne nous ont conservé aucune parole de ce "juste", le charpentier de Nazareth en Galilée, fiancé à Marie, la Mère de Dieu, époux aussi discret que fidèle et chaste. Père nourricier et éducateur de Dieu le Fils, devenu homme parmi les hommes de ce village, il le fait tout simplement. L'ange lui avait dit :" Ne crains pas de prendre chez toi, Marie, ton épouse." et Joseph prit chez lui Marie son épouse. - "L'ange lui avait dit :" Lève-toi, prends l'enfant et sa mère." et Joseph se leva, prit l'enfant et sa mère et s'enfuit en Egypte. Il est un vrai fils d'Abraham : il croit et fait ce que Dieu lui dit. Lorsque Jésus disparaît pendant trois jours lors du pèlerinage à Jérusalem, Joseph accompagne la quête de Marie :" Ton père et moi nous te cherchions." Et Jésus, redescend à Nazareth, soumis à celui qui, sur terre, a autorité paternelle sur lui. Dieu savait à qui il confiait son Fils unique et sa Mère, à celui qui était l'homme le plus capable au monde d'être la parfaite image du Père . Les Orientaux honorent saint Joseph depuis toujours. Les Latins l'ont méconnu longtemps.

Retour page d'accueil