Message de Mgr Molères
à la Session de Pastorale Liturgique
du 16 et 17 février 1987

Publiée au Bulletin Diocésain du 11 mars 1987

Aux prêtres et aux équipes liturgiques du Pays Basque

Je voudrais maintenant répondre à quelques questions qui m'ont été posées. Elles sont fondées. Elles résultent d'une situation particulière à notre diocèse puisqu'il s'agit des problèmes posés par la liturgie en langue basque.

A ces équipes et à ces prêtres je voudrais dire ceci :

1/ Ils ont toujours à se situer dans l'Eglise Universelle, à célébrer la liturgie de l'Eglise Universelle, à s'unir au Peuple de Dieu, qui d'un bout de la terre à l'autre, élève sa louange vers le Seigneur. Loin de fermer un groupe humain sur lui-même, la liturgie chrétienne l'ouvre à l'universel.

2/ Mais, au Pays Basque, rien d'étonnant à ce que les Basques célèbrent le Seigneur en basque, à l'intérieur de leur culture.

Basques, n'ayez aucun complexe d'infériorité à être ce que vous êtes vous êtes basques, heureux et fiers de l'être. Votre langue et votre culture ont été utilisées et évangélisées par vos pères. Elles ont véhiculé la Foi en Jésus-Christ. Ne l'oubliez jamais.

Bien plus, à votre tour, il appartient à vous les jeunes générations de poursuivre dans cette ligne et d’inventer votre synthèse entre la Foi chrétienne et votre culture.

C'est vraiment votre devoir. Ne pas te voir, ne pas le faire, seraient erreur d'appréciation et grave irresponsabilité. Si vous ne le faites pas, qui le fera ? C'est une question d'Humanisme : la langue et la culture basques sont un fait. Même si la vie moderne les menace, elles ont fait leurs preuves et possèdent encore des réserves d'énergie. C'est une question de Foi, de Pastorale.., et de conviction.

Comme toujours, sur ce point comme sur d'autres, l'Eglise doit manifester liberté et originalité de pensée. Ne s'alignant sur aucun pouvoir, ne cédant à aucune pression, ne restreignant pas son champ de vision, elle continue de dire sans ambages :

" Vous avez un héritage de Foi vivante, dans une culture vivante. Ne l'oubliez pas, ne le craignez pas, ne le reniez pas, ne le dilapidez pas, ne le pétrifiez pas. Faites-en le lieu et le matériau de votre acte de Foi aujourd'hui ! "

3/ Autant dire que la " Sainte Liturgie de l'Eglise " ne peut être le drapeau de vos opinions politiques, le prétexte de vos revanches, le lieu de vos meetings.
Quant à vous, les prêtres, que vous ayez vos Idées personnelles, c'est
voire droit. Que vous soyez plus soucieux des problèmes des hommes que de l'opinion publique, c'est votre mission.

Mais souvenez-vous que votre statut de prêtre vous écarte de la militance dans un parti, surtout à l'église, dans l'exercice de voire ministère et, bien entendu, en temps d'élections. Notre militance à nous prêtres est pastorale et non idéologique.
Notre peuple (basque ou non basque) a besoin d'Evangile.

Le meilleur service qu'un prêtre basque peut rendre au Pays Basque, c'est de lui annoncer l'Evangile à l'intérieur de sa culture pour l'ouvrir à Dieu et à l'Eglise universelle et le former à servir ses frères, quels qu'ils soient.


Consignes d'action

- Chaque fois que vous le pouvez, célébrez en langue basque; pas d'abandon ni de facilité dans ce domaine ;

- Chaque fois que vous célébrez en basque :

- mettez-y le même soin que lorsque vous célébrez en français ;

- portez une attention particulière à ceux qui ne parlent pas la langue basque (adultes, religieuses étrangères, enfants, touristes)

- prévoyez toujours feuilles et livrets bilingues, quelques phrases d'accueil, de traduction et gestes de sympathie;

- sachez apprécier la "composition" de votre assemblée. Il y a des degrés dans le bilinguisme : Macaye n'est pas St-Jean-de-Luz.

- Chaque fois que vous célébrez en français en Pays Basque (surtout Pays Basque intérieur), prévoyez quelques interventions, même courtes, en basque, pour honorer la présence des Basques et leur culture. (En été on trouve normal et c'est très bien de le faire, d'accueillir dans leur langue des touristes allemands ou anglais). Pourquoi ne le ferait-on pas en Pays Basque ? Pour les Basques ?

- Avec les enfants, évitez le dualisme suivant : toute la liturgie en basque - toute la catéchèse en français. Question difficile elle demande souplesse, créativité pastorale, formation de catéchistes bilingues et relance vigoureuse des jeunes parents chrétiens. Cette lutte contre l'apathie en vaut bien d'autres.

Pierre Molères, évêque de Bayonne, Lescar et Oloron


B-D. du 11/03/87