COMMUNIQUE du CCFD = Expulsion d'immigrés

Les mouvements/associations chrétiennes : l'Action des Chrétiens pour l'Abolition de la Torture (ACAT), l'Action Catholique Ouvrière (ACO), Le Collectif 64 des Prêtres Ouvriers, le Comité Catholique Contre la Faim et pour le Développement (CCFD) , la Pastorale des Migrants participent , au nom des valeurs auxquelles ils croient, aux actions du Réseau Education Sans Frontières (RESF) pour que soient respectés les droits de l'Homme : en effet, dans la période, des enfants mineurs et leurs parents immigrés font l'objet de procédures d'expulsions. Cet engagement nous l'avons pris dans le prolongement de l'inquiétude sur la dernière loi relative à l'immigration, manifestée au Premier Ministre en avril 2006, par une lettre du Conseil d'Eglises Chrétiennes en France, et à la suite de l&Mac226;initiative des Chrétiens (plus de 40 mouvements/associations ) « Ne transigeons pas avec le droit de l'étranger » du même mois. Au cours de l'été, avec le RESF, nos représentants ont accompagné les familles immigrées qui souhaitaient établir un dossier pour demander la régularisation de leur situation.

Au cours du mois d'août, un Tamoul Sri-Lankai a été arrété en gare à Pau avec sa femme et leurs jumelles d'un an malades alors qu'ils effectuaient un pèlerinage à Lourdes; le père a été conduit à l'aéroport pour être expulsé et le juge des libertés de Bayonne a assigné la femme et les enfants à résidence dans leur domicile à Paris. Ceci n'est pas un cas isolé :de nombreux immigrés en situation irrégulière sont recherchés dans les trains qui vont à Lourdes (et sur d'autres destinations), « proies faciles » dans ce moyen de transport.

Actuellement d&Mac226;autres familles font l'objet d'une procédure d'expulsion avec de jeunes enfants qui se trouvent privés d&Mac226;école et, pour certains, coupés de leurs parents et/ou conduits à la clandestinité.

Face à ces détresses familiales, nous voulons sensibiliser la communauté chrétienne, l&Mac226;inviter à apporter toute vigilance à ces situatons et, en fonction des circonstances à agir pour faire respecter les droits fondamentaux et la dignité humaine.

Pour les différents groupes , auteurs du communiqué, le CCFD (Pierre Bérujon), 4 rue H. Faisans 64000 Pau Tél./fax 05 59 30 79 01.