Pastorale du Tourisme et des Loisirs

JOURNÉES NATIONALES À ANGLET

Les journées nationales se sont déroulées les 23 et 24 mars au VVF d’Anglet.
Manifestation qui a lieu tous les deux ans.
Elles ont rassemblé plus de 200 personnes venues de tous les horizons de France.
Le thème de la réflexion choisi était : « Temps libres et temps forts : travailler à
la relation »
.

Le temps libre est en effet une réalité tout à fait actuelle. Certes il peut être subi ou choisi. Dans les villes et les villages les propositions abondent ; elles off rent toutes sortes d’activités dans le cadre des temps libres, venant des professionnels, de la vie associative, des collectivités publiques. L’Eglise et la Pastorale du Tourisme et des Loisirs (PRTL) participent à ce foisonnement.
Parce qu’il favorise l’épanouissement personnel, construit et élargit la relation
entre les hommes et fortifie parfois la situation économique et sociale.
Comment faire de ces temps libres des temps forts qui structurent nos existences.
Tel était l’enjeu de ces deux journées.

• • •

Elles ont commencé par un mot d’accueil de notre Evêque qui a fait découvrir à l’assistance les diverses facettes de son grand diocèse, et aussi les convergences du dernier synode qui rejoignent les intuitions de ces journées : la communication et la convivialité.

• Le P. Olivier MORAND, délégué national, dans une conférence très riche, a bien souligné que l’évangélisation passe d’abord par la qualité amicale des relations que nous tissons avec ceux à qui nous sommes envoyés, dans un climat de confiance mutuelle, de gratuité, de paix, une présence d’Eglise, à l’image de cette qualité habituelle qu’à vécue Jésus lui-même, avec toutes les personnes qu’il a rencontrées sur sa route.

Les temps libres sont des espaces de vie. Il s’agit de les transformer en temps forts. Ils sont certes très variés : le repos, la télé, le sport, les diverses rencontres, les vacances, les re t rouvailles, les fêtes, les services rendus, les célébrations d’Eglise.
Ils structurent nos relations, ils rythment notre vie.
Ils sont d’une richesse extraordinaire, et donnent une dimension humanisante à
l’ensemble de ce que nous sommes. Ils sont aussi indispensables que le travail.

• Le P. Manuel MARTINEZ, du Conseil Pontifical pour la Pastorale des Migrants et des Personnes en déplacement, nous a entraînés dans une sorte de parcours mondial, sur la manière dont le temps libre est vécu, en Amérique latine, aux Etats-Unis, en Asie, en Afrique. Pastorale du Tourisme et des Loisirs

Avec ses aspects positifs, il permet de réduire la pauvreté ; il permet l’entrée des devises, l’entente interc u l t u relle, la paix entre les nations. Mais il ne faut pas cacher ses dérives : la dévastation de l’environnement par les gros complexes touristiques, la dégradation folklorique des cultures. Le tourisme de masse peut provoquer une mutilation des entreprises locales, le commerce sexuel, l’exploitation des hommes ; il y a un fossé entre ceux qui bénéficient de temps libres, et ceux qui n’en ont pas.
Il a souligné les efforts des Eglises, des communautés de base, tous les efforts d’accueil, de dépassement des préjugés contre l’étranger.
Le temps libre, disait-il en conclusion, doit nous faire grandir comme êtres humains ; c’est un appel et un défi. Il faut aller vers un tourisme au visage humain ; la différence doit enrichir et non diviser. Il ne faut jamais oublier que les lieux de tourisme
sont des patries d’autres personnes, à respecter et protéger.

• Mgr HERBULOT, ancien évêque d’Evry, a ouvert quelques pistes spirituelles pour une pastorale du temps libre : l’homme a de plus en plus de mal à être un être de relations ; et le temps libre est occasion de relation, parce qu’il permet de rejoindre les gens dans leurs expressions, leurs solidarités, leurs souffrances, leurs silences.
Et la vocation d’un chrétien est d’être parabole d’un Dieu de bonté.

• M. LAUQUÉ, Responsable Régional des Offices du Tourisme et Président de la Commission des fêtes de Bayonne, nous a fait un exposé sur les fêtes de Bayonne, accompagné d’un petit film évocateur. Il a été très apprécié par le public, car il a développé les efforts d’une Municipalité, des associations diverses, pour re n d re ces fêtes plus familiales, plus conviviales, pour éviter les dérives que peut entraîner un tel rassemblement de population (plus de deux millions en quelques jours). La tenue blanche de rigueur qui oblige chacun à la garder pro p re ; la journée des enfants contribuent à la réussite de ces fêtes.

M. l’Abbé DE MESMAY et son équipe de jeunes nous ont aussi raconté l’aventure du Bar du Curé.

• Le P. Paul LEGAVRE, SJ, s’est livré à une réflexion biblique sur le sabbat. Car le temps libre peut se référer au sabbat, qui était fondamentalement le repos. L’homme est invité à avoir un espace pour échapper au travail, qui peut en effet être objet d’idôlatrie.
Un espace pour la gratuité, pour la relation, pour la création, pour la louange. Une très belle célébration eucharistique a été le sommet de ces deux journées, avec un rite pénitentiel sur la plage, face à l’océan.

Nous avons aussi beaucoup aimé le concours d’un chanteur d’église, Patricq RICHARD, qui a su animer les temps de prière. II est l’auteur du psaume de la Création :« Mon Dieu, tu es grand, tu es beau, tu es le Dieu d’Amour » qui a été également chanté
en basque.

F. G.

Père Olivier Morand, responsable national de la Pastorale des Réalités du
Tourisme et des Loisirs PRTL
Mgr Herbulot, évêque émérite d'Évry-Corbeil-Essonnes