Associations Familiales Catholiques
Chantiers éducation Semaine départementale de la famille.

" L’apprentissage des séparations chez l’enfant, facteur de croissance et de confiance en soi. "

Conférence de Bernadette Lemoine* Psychologue, auteur de " Maman ne me quitte pas "

Il a été proposé aux 90 personnes présentes à la soirée des AFC, à la salle paroissiale de l’église Saint Pierre de PAU, une réflexion sur la séparation entre le jeune enfant et sa mère par Bernadette Lemoine psychothérapeute praticienne exerçant à Paris, qu’elle a agrémenté de très nombreux exemples concrets.

Synthèse de la conférence par Sophie Hontaàs-Romanens

La séparation entre l’enfant et sa mère, s’il est un passage difficile, est pour autant un passage obligé pour la croissance des et l’évolution affective de tout individu.

Bernadette Lemoine s’est plongée dans la Bible, qui dans le chapitre de la Genèse, relate la création du monde par Dieu et évoque déjà des séparations. Dans le second chapitre de la Genèse, il est question de la création d’Eve à partir d’une cote d’Adam. Ainsi, d’après Bernadette Lemoine, le processus de séparation est-il inscrit dans l’histoire de l’humanité. " Or il est associé à une souffrance depuis le péché originel qui ne permet plus à l’homme de vivre exclusivement dans l’Amour de Dieu… Depuis cette rupture chaque individu vit dans une sorte d’angoisse de la séparation, qui est partie intégrante de la condition humaine ".

Plus généralement, la naissance de chaque être est synonyme de séparation. Lorsque cette séparation se produit dans des conditions difficiles, l’enfant risque de ressentir sa relation de confiance avec sa mère, son père, bloquée voire cassée. Ensuite toutes les séparations ne feront que réactiver cette souffrance primaire.
L’enfant a par conséquent besoin d’adultes qui l’aideront à réactiver le processus de confiance afin de l’inviter à repartir sur le chemin du bonheur.
L’enfant exprimera cette souffrance par divers moyens : paroles, gestes, attitudes : soit un refus de quitter celle ou celui dont il se croit abandonné, soit en essayant au contraire de ne pas s’accrocher à cette personne, en évitant tout attachement.

Multiplicité des séparations

La psychologue dénombre différentes séparations : Celles qui ont été effectivement vécues et celles liées à la venue d’autres enfants dans la famille.

Presque tout se joue entre 0 et 6/7 ans : l’apprentissage de la séparation d’avec sa mère, aidé par son père qui doit permettre à l’enfant d’aller vers le monde extérieur.
Un enfant sera réceptif aux paroles rassurantes qui lui disent l’amour de ses parents, et qui l’encouragent à explorer le monde extérieur à la famille, à condition précise Bernadette Lemoine, que ces paroles soient dites avec le cœur, en lui disant ce qui s’est passé à sa naissance, ce qui va se passer pour lui lorsqu’on le laisse, par exemple, à la crèche et que l’on va venir le rechercher.
Exemple de parole du cœur pour faire comprendre aux enfants que l’on ne mesure pas l’amour aux signes mais à l’amour qu’il y a dans les cœurs: " L’amour de maman et de papa c’est comme la lumière, elle est partout et pour tout le monde ". Ou " l’amour des parents pour leur enfant, c’est comme si chaque frère et sœur recevait une petite tartelette d’amour chacun. Elles sont toutes égales pour chaque enfant ".

Ensuite les séparations sont vécues comme des étapes essentielles en aidant chacun à progresser sur le chemin de l’amour. Cela sera possible lorsque l’acceptation des souffrances liées aux séparations est vécue avec le moins de dommages possibles.

Le père donne à l'enfant le sens du réél

Le rôle des pères : " si la mère donne la vie, le père ouvre les bras pour envoyer son enfant vers le monde ext érieur…le père est un " séparateur " et cela doit être compris comme une nécessité absolue, bénéfique, indispensable ".
Tout se joue entre 3/4 ans et 7 ans. Le père doit avoir pris sa place dans la vie de l’enfant (ou un oncle, un grand-père). C’est lui qui donne le sens du réel, de la loi, des limites et des repères. Le père initie aux combats de la vie. Les rôles entre les pères et les mères ne sont pas vraiment interchangeables, ils concourent à une harmonie conjointe. Aussi la mère doit désigner à son enfant qu’il a un père, surtout si le père ne prend pas spontanément sa place.

Les séparations à la venue d’un autre enfant : l’enfant croit que cet enfant est venu pour le remplacer, qu’il va devoir partager l’amour de ses parents. D’où l’importance de dire AVEC LE CŒUR TOUT L’AMOUR que l’on a pour le premier enfant.
Pour les enfants adoptés qui sont des enfants très blessés car leur début de vie a été marqué par ces blessures de séparation. Il convient de les amener à accepter leur réalité et leur expliquer la différence entre parents adoptants et parents biologiques. Et leur dire combien ils sont un très beau cadeau de la vie…

Le message que veut faire passer Bernadette Lemoine, est que les souffrances liées aux séparations font partie de nos existences et qu’il convient de les accepter et surtout pas de les éviter. Leur degré dépend de l’âge, de la sensibilité de chacun.
Il faut également féliciter les enfants pour chaque étape franchie, leur parler vrai même si la réalité est dure, leur parler avec le cœur, les rassurer sur l’amour avec des gestes et des paroles, en mettant des mots sur ce qu’ils sentent car tout ce qui n’est pas mis en mot ne peut être classé comme étant du passé.

*****

Bernadette Lemoine est mariée, mère de 6 enfants, après une formation en psychologie, elle s’oriente vers la méthode Vittoz*, et vers l’accompagnement psycho-spirituel à la communauté des Béatitudes, elle accompagne des enfants et des adolescents.

* Méthode Vittoz http://www.vittoz.org/fr/

Maman, ne me quitte pas ! : Accompagner l'enfant dans les séparations de la vie de Bernadette Lemoine. Dialogue avec une journaliste, explication concrète sur Les troubles de comportement et les difficultés psychologiques trouvent souvent leur origine dans les étapes de séparation mal préparées ou mal vécues dans l'enfance. Editions Saint-Paul